Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Sainte-MarcellineEcole française de Lausanne-ValmontInstitut Sainte-Marcelline - Ecole française de Lausanne-Valmont aefe
« Août 2018 »
Août
DiLuMaMeJeVeSa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031

Cliquer sur les dates pour découvrir les événements programmés

Prochain événements
Navigation
Rester informé

Lettre d'information

 

Flux des dépêches
Mode d'emploi

Applications mobiles

Etude d'une scène de crime et analyse d'ADN, outil de la police scientifique

Dans le cadre du cours de méthodes et pratiques scientifiques, Madame Schmitt, leur professeur emmène par demi-groupe les élèves de Seconde au laboratoire de "L'éprouvette" à l'UNIL.

L'Eprouvette, laboratoire public de l'UNIL, propose des activités pratiques pour s'initier aux techniques utilisées dans les laboratoires de biologie. Les ateliers permettent de s'interroger sur les enjeux sociaux, économiques et politiques des avancées scientifiques dans le domaine des sciences expérimentales. Les thématiques favorisent la pensée critique et le dialogue.

L'ensemble de ces objectifs est en parfaite adéquation avec l'enseignement d'exploration "méthodes et pratiques scientifiques" au programme des Secondes.

 

Pour le premier TP : "Sur les traces de la police scientifique", les élèves deviennent des Techniciens d'identification criminelle (des "TICS") : sur la scène d'un crime fictif,  ils prennent des photos, relèvent des traces en respectant des protocoles précis.

De retour au laboratoire, ils étudient et analysent les traces collectées avec plusieurs méthodes différentes. Ils travaillent sur les empreintes digitales, les produits toxiques, les armes du crime (balistique),... afin d'identifier les auteurs du méfait.

  

  

L'ensemble de ces méthodes permet aussi aux élèves de faire la part des choses entre les méthodes utilisées sur le terrain et les séries policières qui nourrissent notre imaginaire.

 

Lors de la deuxième séance : "L'ADN, outil de la police scientifique", les Secondes continuent  l'enquête en réalisant des tests génétiques et plus particulièrement  l'"Electrophorèse sur gel", une technique très utilisée pour comparer les ADN des différents suspects avec l'ADN retrouvé sur la scène de crime.

   

Ce TP d'une grande précision permet à chacun de bien comprendre le processus de migration des bouts d'ADN découpés par des "enzymes de restriction".

En synthèse, les élèves ont vécu une expérience exceptionnelle au contact des doctorants de la faculté des sciences criminelles de Lausanne qui est une référence en la matière. 

Nous remercions vivement les différents animateurs et l'équipe de "L'éprouvette".

 

 

Anne SCHMITT, enseignante