Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Sainte-MarcellineLycée français de LausanneInstitut Sainte-Marcelline - Ecole française de Lausanne-Valmont aefe
« Septembre 2018 »
Septembre
DiLuMaMeJeVeSa
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Cliquer sur les dates pour découvrir les événements programmés

Prochain événements
Navigation
Rester informé

Lettre d'information

 

Flux des dépêches
Mode d'emploi

Applications mobiles

Les CM2 à Vallorbe..

... ou comment terminer le CM2 en beauté.

Les 26 et 27 mai resteront deux journées marquantes pour les élèves de CM2. Toute la classe (excepté Thomas qui nous a bien manqué), accompagnée d’Estelle, Colette, Stéphanie et Claire, s’est retrouvée dans le Jura Suisse au cœur d’une nature exceptionnelle et sous un grand soleil !

 

Au programme : randonnée, nuit en refuge, cuisine au feu de bois, services dans la joie et la bonne humeur, lectures de paysages et méditation au cœur de la Création sous l’inspiration de Saint François d’Assise !

 

 

 

Au milieu de toutes ses réjouissances, un témoignage nous a tous bouleversés : le récit extraordinaire de Bernard BOUVERET, 92 ans, témoin incontournable de certaines pages de la seconde guerre mondiale dans le massif jurassien. Voici brièvement son histoire.

En 1941, à l’âge de 16 ans, il travaille dans les forêts en qualité de débardeur. Il connaît comme sa poche les bois du Haut-Jura et plus particulièrement la forêt du Risoud, dans laquelle se trouve la frontière Franco-Suisse. C’est une zone interdite et la frontière est alors bouclée par des troupes Allemandes.

Bûcheron le jour et passeur la nuit, Bernard BOUVERET s’impose alors comme passeur de ligne. Celle de la zone interdite tout d’abord, et enfin celle de la frontière Suisse.

C’est alors d’innombrables marches au clair de lune. Renseignements, microfilms, familles entières souhaitant se réfugier en Suisse, le jeune passeur du Risoud a sans doute oublié combien de marches silencieuses il a réalisé dans ces montagnes qu’il connaît si bien.

Arrêté avec son père par la Gestapo, il est déporté au camp de concentration de Dachau pendant 12 mois avant d’être libéré et d’en rentrer tous deux vivants.

Ce destin hors du commun est relaté dans l’ouvrage " Le rendez-vous des sages : Itinéraire d’un passeur " (édition Presses du belvédère).

Les enfants avaient été préparés à cette rencontre qui fait partie de leur programme d’histoire. Leurs questions étaient profondes et pertinentes.  A la question du pardon, Bernard répond avec une grande bonté : « Lorsque j’ai constaté l’extrême misère de la population allemande en sortant du camp de Dachau, j’ai compris combien grande était leur souffrance et j’ai alors réussi à pardonner.

Cet échange exceptionnel a pu avoir lieu au fort Pré-Giroud, mémorial que les enfants ont pu visiter, guidés par Jean Pierre : un véritable bunker dissimulé sous un magnifique chalet Suisse !

Claire PALTHEY

Nos impressions

J'ai trouvé incroyable qu'il n'a pas de haine par rapport à tout ce qu'il  a vécu durant la seconde  guerre  mondiale. Léa

Il a fait des choix très courageux ! Alicia

J'ai trouvé les paysages très beaux et le témoignage de Bernard Bouvret m'a beaucoup touchée : il a eu beaucoup de chance et de courage. Enora

En visitant le Fort St Antoine , j'ai appris beaucoup sur le fonctionnement de la Suisse lors de la seconde guerre mondiale, le témoignage de Bernard Bouvret a bien illustré ce que nous avions appris en classe, quel courage !  Naomi

J'ai adoré ces deux jours : les paysages, les témoignages et le temps passé dans le refuge .  Maximilien

La visite du Fort m'a beaucoup plu car cette période de l'histoire m'intéresse , quel bravoure de la part de Bernard Bouvret de passer des Juifs en Suisse ! Grégoire

J'ai été très touché par le témoignage de Bernard Bouvret. J'ai été également très fier de moi d'avoir marché si longtemps malgré les montées. Cyrian

La marche était très fatiguante, mais quelle satisfaction d'être arrivé en haut !  Florian

 

Notre séjour en images