Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Sainte-MarcellineLycée français de LausanneInstitut Sainte-Marcelline - Ecole française de Lausanne-Valmont aefe
« Mars 2019 »
Mars
DiLuMaMeJeVeSa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Cliquer sur les dates pour découvrir les événements programmés

Prochain événements
Navigation
Rester informé

Lettre d'information

 

Flux des dépêches
Mode d'emploi

Applications mobiles

Sortie culturelle au Petit théâtre de Lausanne

Les CM1B vous racontent

Le vendredi 23 Septembre, nous sommes allés au Petit Théâtre pour voir la pièce " Les Misérables" de Victor Hugo présentée par la compagnie des Karyatides.

Je ne connaissais ni l’auteur, ni l’histoire.

Pour commencer, les responsables du théâtre nous ont triés pour nous ranger par classe. J'étais à côté de la maîtresse Nathalie. C'était bien parce qu'elle nous expliquait tout. Alors ça a commencé !

Pendant la révolution de 1789, un révolutionnaire au nom de Jean Valjean a volé un pain. Il est allé au bagne pendant 19 ans. Normalement, il devait y aller cinq ans mais il s’est échappé deux fois.

C’est étrange pour moi car quand on vole un pain on ne va pas en prison aussi longtemps mais on paye une amende.

Deux autres personnes sont arrivées : une très gentille maman Fantine et sa fille Cosette. Elles étaient pauvres. Fantine a laissé sa fille chez des aubergistes les Thénardier. Ces derniers sont des méchants. Fantine va travailler à Montreuil-sur-Mer, sa ville natale, dans une usine de perles gérée par Monsieur Madeleine. Les Thénardier lui envoient une lettre qui dit: « Votre fille est malade et il faut payer 20 francs pour les médicaments ». Fantine pleure.

C’était triste, je trouve. Et le pire c'est que ce n’était pas vrai ! Elle leur envoie les 20 francs. Une deuxième lettre lui réclamant cette fois 100 francs arrive. Ce n’était encore pas vrai.

Au travail, Fantine pleure et sa directrice prend la lettre et découvre ainsi que Fantine a une fille, ce qu’elle a caché au travail. Jugeant que Fantine n’a pas un comportement irréprochable, elle l’a renvoie, mais il faut toujours payer l’argent pour Cosette.

Pendant ce temps, l’inspecteur Javert, qui avait gardé Jean Valjean au bagne, le cherche car ce dernier est accusé d’avoir volé des couverts en argent et maltraité un gamin en lui volant son sou.

Fantine vend ses cheveux, ses habits pour payer les 100 francs. Malheureusement, elle meurt en compagnie de Monsieur Madeleine qui promet de s’occuper de sa fille.

Cosette ne sait pas que sa mère est morte.

Monsieur Madeleine s’est fait élire maire de Montreuil-sur-Mer. Tout le monde fait la fête sauf Javert qui reste dans son bureau. Il soupçonne Monsieur Madeleine d’être Jean Valjean. Il envoie une lettre à son chef pour le dénoncer. Son chef lui répond : « Jean Valjean s’est fait arrêter pour vol de pommes et il va aller au bagne à vie ».

Javert va s’excuser, en apprenant cela, Monsieur Madeleine, ne voulant pas que quelqu’un aille au bagne à vie à sa place, crie : « Je suis Jean Valjean !!! ». J’ai trouvé ça très noble de sa part.

Au tribunal, au moment de la sentence, Jean Valjean s’enfuit afin de tenir sa promesse à Fantine.

Javert se lance à ses trousses. J’ai trouvé la scène drôle car les Kariatydes faisaient tourner la table aimantée.

Jean Valjean déménage à Paris après avoir récupéré Cosette. Ils s’installent dans une maison sans fenêtres pour que Javert ne les trouve pas.

Jean Valjean, Marius l’amoureux de Cosette participent à la révolution de 1832. Ils rencontrent Gavroche :

-        Arrête enfant des rues, Orphelin, dit Marius

-        J’ai des parents, c’est les « salopards » de Thénardier, répond Gavroche.

J’ai bien aimé ce moment, c’est même mon moment préféré, mais malheureusement Gavroche s’est fait tuer.

  

 

  

 

La fin de l’histoire était très bien, j’ai aimé quand Jean Valjean a laissé la vie sauve à Javert. C’était encore noble de sa part. Javert a fini par se suicider en se jetant dans la Seine, je n’ai pas compris pourquoi.

J’ai bien aimé les actrices parce qu’elles animaient les petites figurines en jouant les rôles en même temps. C’était rigolo et triste à fois.

Finalement, la sortie était tellement géniale que je n'ai pas regretté de louper le cours de sciences, j’ai découvert une nouvelle histoire.

J'ai bien aimé mais c'était triste et en même temps très amusant. J'ai aimé les personnages mais Jean Valjean faisait peur tandis que Cosette était mignonne. La guerre était injuste et Gavroche était drôle. J'ai pensé à mon grand-père et à toute ma famille. L'époque était très dangereuse!

Je n'ai pas eu de questions à poser mais peut -être que j'en ai une finalement : pourquoi aller au bagne uniquement pour avoir volé un bout de pain ?

C'était une histoire triste et en même temps rigolote.

L'inspecteur Javert faisait un peu peur et Gavroche était rigolo. Au début, je n'avais pas compris que c'était pendant une révolte, mais après, j'ai vite compris. J'ai trouvé ça bizarre de jouer l'histoire à la fois avec des marionnettes et des vraies actrices.

J'ai aussi trouvé ça injuste d'aller en prison et de payer une grosse amende juste pour un bout de pain volé!

Le moment le plus dramatique, c'est quand Fantine sacrifie tout ce qu'elle avait sur elle, comme se cheveux, ses dents, ses habits et qu'après, elle meurt, juste parce qu'elle voulait protéger sa fille. Mais le mieux, c'est qu'à la fin, Cosette la fille de Fantine, tombe amoureuse et son amoureux part faire la révolution. Gavroche, c'est le plus marrant, un petit garçon des rues sympathique. Quant à l'inspecteur Javert, à la fin, il se tue lui-même!

Moi, grâce à cette histoire, j'ai ressenti à la fois de la joie et de la tristesse.

Juste pour un pain, il y a une grosse grosse guerre!

Je n'aimais pas, parce qu'il y avait plein de morts. Et tout cela, c'était à cause de Jean Valjean, juste parce qu'il avait volé un pain !

J’ai bien aimé Gavroche, surtout quand il a dit : « T’as un suppositoire dans ton fusil bourgeois ! » Mais, à un moment, c’était triste quand la maman de Cosette est morte et ça fait peur quand l’inspecteur Javert parle à Monsieur Madeleine.

C’était drôle et aussi triste quand le peuple attaquait. C’était drôle quand Cosette jouait avec les moutons, et c’était triste quand Fantine est tombée très malade.

Cette pièce était un peu trop sérieuse: moi, je n'aime pas beaucoup les choses sérieuses mais pourtant elle était très bien.

 

Nathalie CHAPOT, Andréa, Daria, Emma, Leila, Louis B, Louis R, Nico et les autres élèves de CM1B.