Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Sainte-MarcellineLycée français de LausanneInstitut Sainte-Marcelline - Ecole française de Lausanne-Valmont aefe
« Mars 2019 »
Mars
DiLuMaMeJeVeSa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Cliquer sur les dates pour découvrir les événements programmés

Prochain événements
Navigation
Rester informé

Lettre d'information

 

Flux des dépêches
Mode d'emploi

Applications mobiles

Des nouvelles de la rentrée 2014 à l'AEFE

Les chefs d'établissement de la zone ZECO (Zone d'Europe Centrale et Orientale) étaient réunis en séminaire du 9 au 11 octobre 2014 à Prague en Tchéquie. Quelles sont les nouveautés de l'AEFE pour cette rentrée ?

Le réseau AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger), on le sait, est unique au monde à la fois par sa densité et par sa diversité : Il est le plus grand réseau de la planète par son étendue et le nombre de ses établissements. A la rentrée 2014, il a accueilli 325 000 élèves dans le monde (5 000 élèves de plus qu'en 2013) au sein de 494 établisssements (6 de plus qu'en 2013) et dans 135 pays (contre 133 en 2013). Le réseau AEFE continue donc son expansion mondiale au service d'une double mission : Permettre aux enfants des familles expatriées de poursuivre leurs études dans le système éducatif français (ces enfants représentent 120 000 élèves à cette rentrée-ci) et contribuer au rayonnement de la langue et de la culture françaises dans le monde en accueillant des élèves de nationalité étrangère, et notamment des enfants issus de familles du pays d'accueil (205 000 élèves cette année, soit 63% des effectifs totaux).

La rentrée 2014 se caractérise aussi par la création d'un nouveau regroupement d'établissements dans une zone dénommée ZECO (voir plus haut), qui rassemble désormais les établissements scolaires d'Europe centrale et d'Europe orientale, soit 35 écoles : 9 établissements publics dits EGD (c'est-à-dire En Gestion Directe), 15 établissements conventionnés (ou semi-publics, c'est le cas par exemple en Suisse, du Lycée de Zurich ou de l'Ecole Française de Berne) et 8 écoles partenaires (tous établissements privés homologués). L'Ecole Française de Lausanne-Valmont tient une place particulière dans cet ensemble : Elle est, de loin, le plus grand établissement partenaire avec plus de 400 élèves et la seule, avec l'Ecole Française du Caucase située à Tbilissi en Géorgie, à assurer la totalité de la scolarité, de la Maternelle au Baccalauréat. Elle est aussi le seul établissement du second degré (collège - lycée) situé en zone francophone. Elle est enfin la seule école confessionnelle.

La première réunion des chefs d'établissement de cette nouvelle zone s'est tenue symboliquement, il y a quelques jours donc, à Prague en Europe orientale, où le Lycée Français (EGD) accueille plus de 800 élèves. Prenons un peu de temps pour examiner la situation de la langue française en Tchéquie : Le français y a occupé jusqu'à la seconde guerre mondiale une position emblématique, puisque c'était par excellence la langue occidentale de référence pour les Tchécoslovaques. Mais le français a presque complètement disparu comme langue d'enseignement pendant la période communiste au profit du russe, langue hégémonique et obligatoire durant plus de quarante ans. A partir de 1989 et la chute du communisme, le français réapparaît comme langue d'enseignement et il est aujourd'hui la quatrième langue étrangère enseignée après l'anglais, l'allemand et le russe. Cependant un récent sondage a fait apparaître qu'il est la première langue qui ne soit pas apprise pour des raisons professionnelles ou économiques, les Tchèques considèrent et apprennent le français en tant que langue de culture et de loisirs. Par ailleurs un autre sondage a établi que la France est le second pays le plus aimé des Tchèques après... la Slovaquie, dont la Tchéquie s'est séparée le 31 décembre 1992, ce qui tendrait à prouver que les Tchèques regrettent aujourd'hui cette partition... Ajoutons que plusieurs sections bilingues "français/tchéque" ont été créées récemment dans des établissements scolaires du pays. Comme on n'y n'applique pas les programmes français, ces sections ne peuvent être homologuées par l'AEFE, mais elles ont cependant reçu le label "France Education" réservé aux écoles qui, dans le monde et en zone non-francophone, assurent au moins 30% de leur enseignement en français. Cette qualification, qui n'existe que depuis deux ou trois ans, est certainement un axe important du développement futur de la langue française dans le monde car l'enseignement en français pourra s'exercer sans appliquer strictement les programmes du système éducatif français, et donc sans déroger aux obligations et à la reconnaissance du système éducatif local. Ce label a sans doute un grand avenir.

En conclusion, on voit que L'enseignement Français à l'étranger est lui aussi en pleine évolution: Augmentation quantitative puisque le nombre d'élèves accueillis dans les écoles françaises continue de progresser d'année en année, et transformation qualitative avec la reconnaissance de nouvelles formes d'enseignement en langue française qui favoriseront dans les années futures, à n'en pas douter, son apprentissage dans le monde.

 

Alain Sulmon