Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Sainte-MarcellineLycée français de LausanneInstitut Sainte-Marcelline - Ecole française de Lausanne-Valmont aefe
« Janvier 2019 »
Janvier
DiLuMaMeJeVeSa
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Cliquer sur les dates pour découvrir les événements programmés

Prochain événements
Navigation
Rester informé

Lettre d'information

 

Flux des dépêches
Mode d'emploi

Applications mobiles

Retour sur la soirée du 23 novembre dernier et Bilan de notre voyage

La soirée "Bénin" a permis aux jeunes de faire un retour sur images devant leurs parents et connaissances. En voici un aperçu ainsi que quelques mots des accompagnateurs.

Vendredi 23 novembre, dès 17h, une ambiance festive commence à se manifester dans les couloirs de l’école, au réfectoire et dans la classe de CM2.

Les élèves qui se sont rendus au Bénin et les adultes qui les ont accompagnés se retrouvent pour préparer la salle qui accueillera les parents, les frères et sœurs  et les connaissances. Nous attendons tous ce moment de partage. Il suffit de voir l’enthousiasme des préparatifs pour s’en rendre compte.

Les familles commencent à arriver. Elles sont reçues dans la joie et avec la certitude d’une belle soirée à vivre. Certains élèves et adultes portent des habits béninois comme invitation au voyage.

Progressivement, les tables se remplissent. Estelle prend la parole et présente l’association. Chaque mot est porteur de souvenirs, d’expériences vécues et inoubliables.

Les élèves prennent le relais et, en anglais, puis en espagnol, continuent cette présentation. Les professeurs de langues, Mesdames TESTUZ et MULLER suivent avec attention et satisfaction ces paroles. À travers elles, on s’achemine vers l’essentiel : les témoignages des élèves.

Les responsables de groupes évoquent avec les élèves les activités menées sur place. Viennent enfin les ressentis, les souvenirs vivants, les évocations personnelles. La salle est attentive. On ressent une communion avec les invités.

Le repas, qui suit cette restitution du voyage, prolonge ces moments de partage. Merci aux personnes qui l’ont préparé.

Nous continuons à échanger, à rire, à s’écouter. Le temps passe vite. La soirée se termine par le magnifique film que nous a préparé Lydia.

Nous avons aussi la joie de revoir des élèves de l’ancienne délégation, Elvire, Albane et Vincent.

Nous savons la beauté du moment que nous venons de vivre. Nous avons  aussi tous conscience que ces belles aventures n’auraient pas été possibles sans les encouragements et le soutien des Sœurs et sans la confiance des parents.

Un grand merci à vous tous pour tous ces beaux moments !

Estelle ROUSSEAUX

Estelle, en tant que Présidente de MSF Lausanne et responsable du groupe, quel bilan tires-tu de cette mission ?

Le bilan est très positif et sans jamais comparer un groupe et une mission à l'autre car chacune a ses particularités et son bilan à un moment t. Notre action se précise, nous affinons nos actions au-fur-et-à-mesure de notre connaissance du terrain et de nos interlocuteurs.

Le changement majeur cette année, c'est que nous avons fait notre voyage dans le courant de l'année scolaire, ce qui a permis de voir l'école en pleine effervescence avec les 600 élèves.

Le nombre d'accompagnants (7 adultes et Soeur Wanda) a permis aussi à chacun de bien encadrer un pôle d'activités.

Nous avons pris des contacts avec l'école publique voisine et nous avons envie de travailler aussi à l'avenir avec eux. Nous avons conscience que les jeunes souhaitent s'engager dans des actions concrètes : restaurer une classe, aménager durablement des jeux extérieurs, ...

Nos actions précédentes sont suivies d'effet, ainsi, nous avons pu réutiliser les pousse-pousse que nous avions financés lors de notre première mission.

Nous avons vraiment eu le sentiment d'être "utiles".

 

Claire, Coordinatrice de la Pastorale et encadrante dans la Mission, qu'est-ce qui t'a le plus touché sur place ?

J'ai vraiment eu le sentiment d'appartenir à un réseau : le réseau de la congrégation des Marcellines.

Là-bas, au bout du monde, au fond d'un village du Bénin, j'ai retrouvé les mêmes valeurs d'esprit de famille et de bienveillance et les figures connues de Luigi Biraghi et des soeurs marcellines.

Leur charisme a essaimé et j'ai vraiment eu le sentiment d'appartenir à une même famille.

 

Marion, quant à elle, a rapporté photos, cadeaux, lettre de la classe de CM2 de maître Daniel adressée aux enfants de Suisse et ils ont dégusté ensemble l'ananas rapporté dans ses valises …. un moment échange qui donnera peut-être aux enfants, l’envie de partir en voyage humanitaire dans quelques années… 

  

 

Enfin, nous souhaitons vous faire partager encore la magnifique lettre de Jean-Eudes, professeur de français et de philosophie et encadrant également sur la mission.

Elle illustre parfaitement notre projet éducatif

 

Marcellines sans Frontières- Le voyage au Bénin

Le voyage à l’école des Marcellines au Bénin a été pour moi l’occasion de belles rencontres et de questionnement. Dans le projet de l’école des Marcelines de Lausanne de renforcer la réflexion sur les valeurs de l’école et l’accompagnement des élèves, je perçois l’association MSF comme une des incarnations d’un tel projet.

                MSF porte l’ambition d’apporter une aide, une assistance matérielle et pédagogique aux élèves et aux enseignants de l’école des Marcellines au Bénin. Cette aide s’ouvre aussi à l’école publique qui se situe à quelques pas de celle des Marcelines.

                L’action de l’association ne s’arrête pas là. Elle est l’occasion de moments de rencontres et de partages -au-delà du projet scolaire- avec les élèves, avec les enseignants et les Sœurs. Cette ouverture dépasse d’ailleurs le cadre de l’école. On rencontre les gens du village, on participe à des projets écologiques, on visite le pays et on découvre sa réalité passée et présente.

                À travers ces rencontres, c’est aussi pour nous les encadrants l’occasion d’accompagner nos élèves dans le développement de leur personnalité. Nous jouons pleinement ici notre mission éducative qui touche l’esprit autant que le cœur. C’est la raison pour laquelle se noue avec les élèves de notre école un lien plus fort qui perdure alors que le voyage vient de s’achever. On a la conviction d’avoir été utiles, d’avoir fait de belles choses, d’avoir avancé dans notre humanité. Et cela, on l’a fait ensemble. L’humanité, ce n’est pas seulement une valeur. C’est d’abord un lien qui porte et nourrit les personnes qui le vivent ensemble. C’est un vécu, une expérience morale et spirituelle.

                Pour que ce lien s’exprime de façon plus complète, le projet d’accueillir certains enseignants béninois à Lausanne trouve toute sa légitimité.

                Notre époque est celle du repli sur soi. On vit dans une société européenne qui est devenue frileuse. Le souci de notre école est de mettre en avant le fait que l’ouverture à l’autre constitue un des pôles de la formation de soi. Je pense que MSF a de quoi nourrir le projet éducatif de notre école, servir d’exemple et de source d’inspiration pour permettre à nos élèves de devenir de belles personnes.

 

 

Vous pouvez retrouver ici le magnifique récit de la Mission 2018 repris sur le blog de MSF.